Panier
0 Produits

Page d'accueilAACentre de connaissancesAAQuelle est la différence entre le verre diffusant et un agent de revêtement ?

Quelle est la différence entre le verre diffusant et un agent de revêtement ?

Quelle est la différence entre le verre diffusant et un agent de revêtementVous pouvez créer de la lumière diffuse à l’aide de verre diffusant ou d’un agent de revêtement. Au cours des dernières années on a de plus en plus employé la lumière diffuse en horticulture. Cela a eu un effet positif sur de nombreuses plantes, comme une meilleure propagation et pénétration de la lumière, moins de stress pour la plante et une température de plante plus basse. Il existe deux façons de créer la lumière diffuse dans la serre, en utilisant du verre diffusant ou un agent de revêtement. Mais quelle est la meilleure option pour votre situation ? Dans cet article, notre spécialiste vous explique la différence entre le verre diffusant et les revêtements diffusants.

Qu’est-ce que la lumière diffuse ?

La lumière diffuse est de la lumière diffusée qui est répartie uniformément dans toute la serre, de sorte qu’il n’y a pas de zones d’ombre. C’est positif pour la plante. Ce sont surtout les plantes montantes en hauteur avec des grandes feuilles qui profitent de la lumière diffuse, car la distribution verticale de la lumière est fortement améliorée. De cette manière, les feuilles au bas de la plante reçoivent plus de lumière qu’avec de la lumière directe. Lorsque les feuilles inférieures reçoivent plus de lumière, cela contribue à davantage de photosynthèse et à une meilleure croissance de la plante. De nombreuses plantes peuvent également mieux profiter de la lumière diffuse que de la lumière directe.
L’effet du verre diffusant et d’un agent de revêtement est le même : créer de la lumière diffuse dans la serre avec une diffusion basse et haute. Les différences entre le verre diffusant et un agent de revêtement se rapportent aux coûts, à la flexibilité et à la permance.

Verre diffusant en horticulture

Les serres à verre diffusant apparaissent depuis plusieurs années, surtout en culture maraîchère. De nombreux producteurs qui construisent une nouvelle serre choisissent le verre diffusant. On peut rendre le verre diffusant de deux manières : en le gravant chimiquement ou en laminant une structure dedans.

Revêtement AR

Il est important de savoir que la diffusion de la lumière se fait toujours au détriment de quelques pourcents de transmission de la lumière. Pour certaines plantes ce n’est pas un problème, mais pour de nombreux légumes (notamment la tomate), ce n’est pas souhaitable. En général, ces plantes peuvent déjà profiter de la lumière disponible et une perte de lumière va de pair avec une perte de production, surtout si la perte de lumière n’est pas compensée d’une autre manière (par exemple avec du CO2). Pour compenser la perte de la transmission de lumière, on peut prévoir sur le verre (tant diffusant que standard) un revêtement (sur une face ou sur les deux faces) qui réduit la réflexion de la lumière par le verre, ce qui permet d’augmenter la transmission de quelques pourcents.
Le revêtement AR du verre est toutefois vulnérable et s’abîme de manière irrémédiable en cas de mauvaise utilisation ou de mauvais entretien, ce qui fait perdre un pourcentage supplémentaire de transmission. On sait que les produits à base de fluor attaquent le revêtement AR, mais d’autres nettoyants chimiques agressifs le font aussi. On ne sait toutefois pas grand chose à ce sujet et la nocivité des produits diffère selon le type de verre AR et la technique selon laquelle on applique le revêtement AR. On fait ici une distinction entre le verre sur lequel le revêtement AR est appliqué avec un sol-gel et le verre sur lequel le revêtement AR est appliqué par gravure. Le nettoyage du verre diffusant avec ou sans revêtement AR est donc plus difficile que le nettoyage du verre flotté standard.

Coût du verre diffusant

Le verre d’horticulture est toujours un investissement pour plusieurs années, généralement pour toute la durée de vie de la serre. Le verre diffusant (avec ou sans revêtement AR) est plus cher que le verre flotté standard. Un agent de revêtement coûte une fraction du prix du nouveau verre diffusant.

Flexibilité

Le verre diffusant garantit une lumière diffuse toute l’année, diffusée de manière uniforme. Il est donc plus difficile de passer à une autre variété ou à une toute autre culture. La nouvelle variété ou la nouvelle culture a souvent d’autres besoins en termes de lumière et de température.
Il se peut qu’une protection supplémentaire soit nécessaire pour une diffusion accrue de la lumière, ou que même une partie de la lumière soit cachée à l’aide d’un agent d’ombrage.
Il se peut aussi que la transmission accrue grâce au revêtement AR sur le verre pose problème pour la nouvelle variété, par exemple si les fruits sont suspendus en haut de la cîme ou si la nouvelle culture est moins résistante à des valeurs d’irradiance élevées.
D’autre part, une nouvelle variété ou une autre culture peut avoir besoin de plus de lumière que la culture précédente et la perte de lumière causée par le verre diffusant n’est donc pas souhaitable. Avec le verre flotté standard combiné aux agents d’ombrage, un producteur peut choisir à tout moment le degré de protection/d’ombrage qui convient à sa plante.

Permanence

En tant que producteur, vous devez toujours vous poser la question à l’avance de savoir si votre plante tire profit du verre diffusant. Lorsque la plante doit être protégée au printemps et en été avec un agent d’ombrage, ou si l’écran en toile est fermé presque toute la journée durant cette période, le verre diffusant n’a raison d’être qu’en automne et en hiver. Aux Pays-Bas par exemple il y a déjà peu de lumière en hiver et en automne et la lumière naturelle est la plupart du temps déjà diffusée en raison de la couche nuageuse présente à cette période de l’année. Posez-vous alors la question suivante : est-ce que le coût du verre diffusant est avantageux pour votre situation ?

Agents de revêtement en horticulture

Les agents de revêtements garantissent également une diffusion et une distribution uniformes de la lumière. Par rapport au verre, les revêtements sont un peu plus flexibles à l’emploi et sont en outre une solution pour les serres existantes. Là où le verre est un investissement à long terme, avec les revêtements, on peut choisir un nouveau produit chaque année. Le revêtement assure un peu moins de transmission (88%) par rapport au verre flotté normal (91%), mais ce n’est pas un problème dans la plupart des cultures c’est même parfois positif.
Tout comme les agents d’ombrage, les agents de revêtement s’enlèvent facilement avec le décapant Removit. Le producteur peut ainsi le faire lui-même ou il peut le faire faire par un travailleur.

Donc...

Les développements dans le domaine des agents de revêtement et du verre diffusant se suivent à un rythme accéléré. Avec le verre flotté standard, un producteur peut profiter chaque année de des nouvelles innovations liées aux agents de revêtements. L’investissement dans un nouveau verre est souvent un investissement à long terme. Cela signifie que l’on va « être coincé » pendant des années avec une technologie qui sera peut-être vieillissante, s’il y a de nouveaux développements au cours de cette période.


Martijn

Accompagnement personnalisé :

Nous savons par expérience, que chaque serre nécessite une approche différente. C'est pourquoi nous mettons à votre disposition notre spécialiste, qui sera ravi de vous fournir des conseils adaptés à vos besoins.
 

Plus d'informations :

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur cet article ? N'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous et recevez un devis sous 24h (jours ouvrés).

 

Pour l'emploi de tout produit de protection de cultures ou Biocide, l'utilisateur est tenu de respecter la réglementation et les conditions imposées lors de l'autorisation de mise en marché (AMM)  dans le pays concerné. Employez toujours les produits de protection de cultures et les Biocides de façon sûre. Avant l'emploi, lisez bien l'étiquette et la fiche de sécurité. L'utilisation des EPI (équipement de protection individuel) est obligatoire La possibilité de vente dépend de l'autorisation et  l'enregistrement dans le pays concerné.

Global specialist in
horticulture

« Pouvons-nous vous aider ?
Contactez-nous au
« 06 89 72 48 53 »